Moving Post-production Forward

iMac Pro, un Mac pour combler les attentes des Pros ?

iMac Pro, un Mac pour combler les attentes des Pros ?


L'année 2017 se termine avec l'arrivée d'une nouvelle machine "Pro" chez Apple. 4 ans presque jour pour jour après l'arrivée du Mac Pro (fin 2013), Apple se décide enfin à proposer une alternative orientée haut de gamme en comparaison des actuels iMac 27" 5K Retina sortis cet été.

Résolument orientée pour la performance sur tous les aspects et mettant en oeuvre des composants matériels récents, le terme Pro semble tout à fait adapté à ce nouvel iMac. Regardons de plus près les composants et l'architecture de cette machine afin de la comparer avec ce qui est disponible sur la plateforme concurrente.

Apple a fait le choix des tous récents processeurs Intel Xeon-W. Il s'agit ni plus ni moins que la version Xeon (soit une consommation électrique et dissipation thermique réduite) des puissants processeurs core i7 et core i9 Skylake-X que nous proposons sur nos stations SuperMicro depuis septembre 2017.

iMac Pro, un Mac pour combler les attentes des Pros ?


Il s'agit donc de processeurs disponibles en 8, 10, 14 et 18 coeurs qui utilisent la mémoire DDR-4 ECC à 2666 Mhz.

Même si le processeur 8 coeurs par défaut semble proposer des performances tout à fait correctes, le modèle à 10 coeurs devrait être le modèle de référence. Les choix plus musclés en 14 et 18 coeurs sont réservés à ceux qui ont résolument besoin d'une très grande puissance processeur pour décoder les fichiers de données compressés comme les données R3D, XAVC, UltraAVC...

Car est-il encore nécessaire de le rappeler, le décodage de ces fichiers ne peut pas être effectué avec l'assistance de la carte graphique. Donc si vous êtes amenés à travailler régulièrement avec ces formats vidéo, il faudra vraiment mettre l'accent sur le processeur avec le maximum de coeurs possibles (autorisé par votre budget bien sur).

La mémoire vive (c'est une grande première) est proposée avec 32 Go en standard, configurable en 64 Go ou 128 Go pour ceux qui ont de gros besoins en RAM. Un logiciel comme DaVinci Resolve sera confortable avec la configuration standard en 32 Go, maintenant si vous utilisez dans le même temps d'autres logiciels effectuant des traitements en arrière-plan, n'hésitez pas une seconde à privilégier 64 Go, voire plus.

Un logiciel comme Adobe After Effects peut s’avérer insatiable sur la consommation de mémoire vive et fera bon usage des configurations en 64 Go voire 128 Go. N’oubliez pas que cette machine ne permet pas (facilement) de remplacer les barrettes mémoires sans passer par un centre de services officiel Apple pour cette manipulation.

En matière de stockage flash, on trouve avec un grand plaisir un stockage flash PCIe de type NVMe d’une capacité de 1 To en standard avec des options 2 To, voire même 4 To, mais au vu du coût élevé des ces options, nous recommandons plutôt d’investir dans un stockage RAID externe Thunderbolt 3 capable de proposer dans le même temps performances, capacité et sécurité, comme les modèles LaCie 6big ou 12big par exemple. Ce dernier avec la bande passante agrégée de 12 disques (même configuré en RAID niveau 5) vous permet de travailler avec des fichiers 4K RAW en temps réel.

iMac Pro, un Mac pour combler les attentes des Pros ?


Enfin, en ce qui concerne la carte graphique, faut-il systématiquement opter pour la Radeon Pro Vega 64 ? Oui et encore oui, il s’agit vraiment de l’option à privilégier quelle que soit la configuration retenue en matière de processeur et mémoire vive. 16 Go de mémoire HBM2 apportent une différence significative avec tous les logiciels optimisés pour le GPU, que ce soit en OpenCL ou Metal 2.

En résumé, la configuration type que nous recommandons est la suivante:

- Processeur Xeon-W avec 10 coeurs
- 64 Go de mémoire vive
- Stockage Flash standard de 1 To
- Carte graphique Radeon Pro Vega 64

Et comme nous le soulignons auparavant, les options 14 coeurs et 18 coeurs, à envisager si vous travaillez régulièrement avec des média vidéo haute résolution (4K, 6K et 8K) compressés comme les fichiers R3D, XAVC, UltraAVC principalement.

Et dans la pratique, que peut-on attendre de l’iMac Pro ? Après quelques jours de test (nous avons reçu la configuration ci-dessous il y a déjà une semaine) et de torture dans notre lab, nous pouvons déjà affimer qu’il s’agit effectivement du Mac le plus performant jamais proposé par Apple. Le Mac Pro (fin 2013) est loin derrière en matière de performance processeur et carte graphique, ce qui est tout à fait normal étant donné les 4 années qui séparent les deux machines. Puisque nous sommes dans la comparaison avec le Mac Pro, un point important à prendre en compte est sans nul doute, le nouveau système de ventilation et refroidissement trés avancé du nouvel iMac Pro.

Nous avons pu constater que même à pleine charge de traitement sur des fichiers R3D 8K, la machine ventile, mais ne se transforme pas en turbine comme cela est le cas avec le même traitement sur un iMac 27 » 5K rétina de juin 2017 avec processeur core i7 à 4,2 Ghz.

Il semble donc que sur ce point, Apple ai trouvé la bonne formule avec une gestion optimisée des cadences de fonctionnement du CPU et du GPU qui seront ralenties quelques instants de manière intermittente afin d’éviter d’atteindre des températures trop élevées. Il est bon de rappeller que les processeurs 8 coeurs et 10 coeurs, ainsi que les Radeon Vega 64 proposés dans l’iMac Pro sont des modèles fabriqués exclusivement pour Apple par Intel et AMD, ceci afin de respecter un cahier des charges particulièrement rigoureux en matière de dissipation thermique imposé par un chassis aussi mince que l’iMac Pro.

Les utilisateurs de Final Cut Pro X (notamment la récente version 10.4) et DaVinci Resolve 14.2 seront ravis des performances de cette nouvelle machine qui leur permet de travailler vraiment de manière fluide sur les fichiers 4K. Sur les fichiers RAW, le constat est encore plus saisissant et l’on peut mesurer tout le bénefice des 16 Go HBM2 de la Radeon Pro Vega 64.

Pour s’en rendre compte, nous avons pu mesurer une lecture temps réel malgré 6 nodes de Blur, 2 nodes de correction couleur et 1 node de correction gamma. Et il en restait encore certainement sous la pédale.

Dans un tout autre registre mais tout aussi intéressant, nos partenaires de Softron annonçent des performances incroyables avec la capacité de capture de 10 canaux vidéo HD en temps réel sur une seule machine. Pour mémoire, le Mac Pro (fin 2013) dans sa configuration maximale en 12 coeurs plafonnait à 8 canaux HD. Une seule machine capable de remplacer 16 enregistreurs vidéo dédiés, cela ouvre certaines perspectives plutôt interessantes dans le domaine de la captation multi-caméras, avec de surcroit, les fonctions exclusives de montage pendant l’acquisition proposées par Softron avec MovieRecorder 4.

A la lecture de ses premiers tests prometteurs, peut-on d’ores et déjà en conclure que Apple a réussi son pari ? A savoir proposer une machine avec des performances attendues par les professionnels. Notre réponse est à la fois oui et non.

Oui, car la machine tient effectivement toutes ses promesses en termes de performances. Non, lorsqu’on s’attarde sur le facteur de forme résolument fermé de la machine et le budget non négligeable selon les options retenues.

Sur le côté fermé, on peut toujours espérer que les espoirs entretenus par le support du eGPU (officiellement pris en charge avec High Sierra) vont permettre d’accroitre encore les performances de traitement GPU de l’iMac Pro.

Là encore, nous avons pu mener de nombreux tests avec différents modèles de cartes graphiques. Il nous semblait évident de tester l’ajout d’une deuxième Vega 64 dans un chassis eGPU afin de décupler les performances avec Resolve par exemple. Malheureusement, avec la version mac OS High Sierra installée en standard sur l’iMac Pro, cette configuration n’est pas supportée et provoque un blocage immédiat de la machine. Nous espérons qu’il s’agit là d’un défaut de jeunesse et que les prochaines mises à jour 10.3.x de High viendront corriger ce problème.

En revanche, l’installation d’une carte AMD Radeon de la série RX9 fonctionne parfaitement et on constate que les performances cumulées de la carte intégrée et de la carte externe sont bien supérieures dès lors qu’il s’agit de logiciels capables d’exploiter le multi-GPU comme DaVinci Resolve.

Dernier point concernant le eGPU et NVIDIA; impossible de faire des tests pour le moment, Nvidia ne propose pas encore de version de drivers compatible avec la version spécifique 10.3.2. de l’iMac Pro. On peut toutefois s’attendre à une version compatible dès la disponibilité de la version 10.3.3 actuellement en phase béta.
Nous vous tiendrons bien sur informés de l’évolution de la situation au fur et à mesure des mises à jour High Sierra, informations que vous pouvez retrouver au quotidien sur les pages Atreid des réseaux sociaux FaceBook, Twitter et depuis peu Instagram.

En matière de budget, que peut-on espérer comme configuration équivalente (ou supérieure) sur la plateforme concurrente ? Lors de nos récents tests, nous avions dans notre lab deux configurations SuperMicro (format tour standard) avec deux chipsets concurrents, à savoir AMD Ryzen Threadripper 16 coeurs et Intel Core i9 12 coeurs. Avec les fichiers compressés, la différence du nombre de coeurs provoque une sensible différence favorable au Ryzen, le plus rapide dans tous les tests de transcodage, encodage vers différents codecs de diffusion ou post-production.
Avec les fichiers RAW, là ou la carte graphique est sollicitée, la Vega 64 redonne l’avantage à l’iMac Pro (même avec le modèle Nvidia le plus performant installé dans nos deux stations SuperMicro, à savoir des Titan Xp).

A configuration comparable (et performances assez proches), une configuration Intel Core i9 12 coeurs sera proposée à environ 2000€ (TTC) de moins que l’iMac Pro. Attention, il faut toutefois prendre en compte que l’iMac Pro intègre un écran 27 » 5K 10 bits de très bonne facture. Si vous comptez ajouter un écran 27-32" UltraHD 10 bits de haute qualité sur votre station PC, il vous en coutera quand même entre 1300 et 1500€ (TTC). Donc finalement le différentiel n’est pas si défavorable que cela pour l’iMac Pro. Une station SuperMicro avec processeur AMD Ryzen 16 coeurs sera toutefois plus abordable (-2500€ TTC), même avec l’ajout d’un bon moniteur UltraHD.

Bien entendu, nous sommes restés sur des comparaisons avec des configurations SuperMicro mono processeur afin de rester cohérent sur l’aspect budget et performances, mais il est évident que l’iMac Pro ne sera pas en mesure de rivaliser avec les dernières stations de travail SuperMicro double processeur Xeon Gold et multi GPU Nvidia, mais ceci fera l’objet d’autres tests et comparaisons performances/budget.

En conclusion, nous sommes ravis (enfin) de proposer à nouveau des machines Apple avec un réel niveau de performances et nous sommes à votre disposition pour vous proposer des configurations alternatives SuperMicro si les configurations iMac Pro ne répondent pas à vos attentes ou ne correspondent pas à vos besoins techniques.